Macroglossum stellatarum

Macroglossum stellatarum mâle
Macroglossum stellatarum mâle
Macroglossum stellatarum femelle
Macroglossum stellatarum femelle

Macroglossum stellatarum (Linnaeus, 1758)

Sphinx stellatarum Linnaeus, 1758, Syst. Nat. (10ème édition) 1: 493.

Localité type: Non précisé [Europe]

Le Moro-sphinx ou Sphinx colibri.

Anglais: Hummingbird hawkmoth; Allemand: Taubenschwänzchen; Castillan: Esfinge cola de paloma.

Taxinomie

Pas de problème de détermination pour cet insecte très peu sujet à fluctuation. Faible polymorphisme, parfois des individus un peu plus pâles ou un peu plus sombres que la moyenne.

Distribution

Monde: vol en Europe du sud et en Afrique du nord, traverse l’Asie centrale, remontant au nord jusqu’en Mongolie et atteignant le Japon. Difficile de vraiment distinguer les zones où il est résident et ses zones de migration. Au nord, il atteint l’Islande, au sud il descend jusqu’au sud de l’Inde et la Gambie. Un étonnant exemplaire signalé d’Alaska par Mike Van Buskirk (in Tony Pittaway http://tpittaway.tripod.com/sphinx/)

Mike Van Buskirk me confirme qu’il a cédé ce spécimen, provenant d’Unimak Island (Aleutian Island) à Jean Marie Cadiou. Il se trouve donc actuellement dans la collection du NHM (London). C’est à ma connaissance le seul spécimen connu du nouveau monde.

France: partout, mais probablement résident dans la moitié sud, où l’insecte hiberne à l’état imaginal.

Plantes-hôtes

Surtout Rubiaceae des gennres Galium et Rubia mais aussi Jaubertia, Centranthus et Epilobium. 

 

Probablement le sphinx de France le plus fréquemment observé. Son activité diurne, mais aussi sa répartition en sont bien évidemment la cause. Macroglossum stellatarum vole partout et pratiquement toute l’année. Je l’ai observé aussi bien sur les plages du littoral atlantique en plein mois d’août qu’au dessus de 2000 mètres dans les Pyrénées. Le moindre réchauffement le fait ressortir de son hibernation, et à Laplume on peut le rencontrer en décembre ou janvier après une belle journée comme nous en avons de plus en plus. On le voit alors voler face aux vieux murs en pierre de nos maisons, recherchant probablement l’anfractuosité pour poursuivre son hibernation.

C’est cette répartition spatio-temporelle qui en fait le Sphingidae le plus commun de France. Il est aussi à l’origine de ces fameux oiseaux mouches français, que l’on me signale si souvent.

L’insecte vole normalement de la fin mars à novembre en générations continues. La carte de répartition que produit Tony Pittaway (1993, 134) me semble lourdement sous estimée. Il considère en effet que l’insecte n’est résident que dans une toute petite frange du sud de la France. Je pense pour ma part que notre moro-sphinx est capable d’hiberner sur au moins la moitié sud de la France. Le réchauffement climatique en est peut-être la cause, mais il semble vraiment que cet insecte est devenu beaucoup plus commun depuis une quinzaine d’années, et j’observe les Sphingidae depuis 1967.

M. stellatarum vole une heure environ après le début du jour, et débute son activité alimentaire. Il butine toutes les fleurs nectarifères, avec une préférence pour les fleurs roses, violettes ou bleues. C’est nettement les Buddleja et les Centranthus qui ont sa préférence dans mon jardin, mais il apprécie aussi les Jasminum, Phlox, Verbena, Syringa et même les Pelargonium. Il est connu pour sa forte capacité de mémorisation, un individu retournant jour après jour à la même fleur (et à la même heure) (Heinig, 1987).

Je l’ai vu voler jusqu’à la tombée de la nuit, et à Laplume il est assez commun d’observer les derniers moro-sphinx volant en compagnie des premiers Proserpinus proserpina, juste à la tombée de la nuit devant les fleurs de Centranthus ruber.

L’adulte pond sur différentes espèces de Rubiaceae appartenant aux genres Rubia et Galium. C’est nettement Galium mollugo qui a sa préférence, et dans la nature je ne l’ai jamais trouvé sur le gaillet grateron (Galium aparine) si commun dans nos sous-bois. Toutefois, sa chenille l’accepte sans problème en captivité, et elle change alors de couleur, virant au vert sombre. J’ai observé une fois une femelle pondant sur cette plante (photo 1)

Cette chenille peut être extrêmement commune sur le Gaillet blanc à partir de la fin mai, choisissant des plants très ensoleillés et de préférence isolés du reste de la végétation. Plus exactement, c’est sur ces plantes que pondent préférentiellement les femelles.

Cette chenille présente un développement ultra rapide, et fait preuve d’une extrême voracité. J’ai rarement vu une chenille de Sphinx manger aussi vite, à part peut être celle d’Hyles euphorbiae. La chrysalide, beige pâle marquée de noir, éclôt en moins de 3 semaines.

Signalons que la revue « La Hulotte » à consacrée un volume à ce ravissant petit Sphingidae, magnifiquement illustré comme à l’habitude par la plume de Pierre Déom. Je conseille vivement la lecture de ce remarquable travail à toute personne soucieuse de mieux connaître notre moro-sphinx.

<- Laothoe populi     Hemaris fuciformis ->